L’innovation pour une alimentation souveraine, saine et durable

Partager sur

Photo par Sebastien via Unsplash

 

Les crises actuelles liées au changement climatique, à la pandémie du covid et à la guerre en Ukraine ont mis en lumière l’impératif de souveraineté alimentaire et industrielle de la France, alors que son excèdent commercial agroalimentaire diminue structurellement depuis quinze ans.  C’est dans cet objectif qu’en 2021, Bpifrance a doublé sa capacité de soutien aux secteurs agricole et alimentaire, avec plus de 200 M€ d’aides à l’innovation et à l’industrialisation, grâce au plan de relance et au programme d’investissement d’avenir dans le cadre de France 2030. Cette revue des projets financés met en exergue les grandes tendances de l’innovation en faveur d’une alimentation à la fois souveraine, saine et durable.

Une publication proposée par Capucine Grandsir, Analyste technologies durables chez Bpifrance, et Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire chez Bpifrance.

INNOVER POUR L’AUTONOMIE PROTÉIQUE

L’Europe importe 65% des protéines qu’elle consomme, principalement du soja pour l’alimentation animale, lequel contribue à la déforestation des forêts tropicales. Considérant ce double impératif de souveraineté alimentaire et de protection de l’environnement, le soutien des filières des protéines végétales ou alternatives (insectes, algues,…) a représenté une priorité des interventions de soutien en innovation et de relance.

En particulier, la France s’illustre par l’excellence de sa filière française de production d’insectes, soutenue massivement par Bpifrance depuis ses débuts, avec un total de 100 M€ d’aides et d’interventions en fonds propres.  En 2021, InnovaFeed a été lauréat du concours de l’innovation en vue d’accélérer le développement de produits destinés à l’alimentation humaine. Ynsect a lancé un projet collaboratif dédié à la génétique des insectes visant à améliorer le rendement économique et environnemental des fermes d’insectes. Agronutris a levé 100 M€ pour industrialiser sa production de protéines à base d’insecte, avec le soutien du fonds « Société de Projets Industriels » de Bpifrance/PIA.

Par ailleurs, les start-ups La Vie et HappyVore développeront leur capacité industrielle de production de substituts végétaux de viande grâce au plan de relance. Umiami, a été lauréat du concours innovation pour développer des alternatives végétales aux blancs de poulet grâce à son procédé de texturation fibreuse.

Enfin, la filière des microalgues représente une véritable source d’innovation en apportant des produits nutritionnels et riches en protéines à l’alimentation animale et humaine. Dans ce sens, la start-up Algama a développé un ingrédient de substitution des œufs qui a permis de commercialiser la première mayonnaise végane à base d’algues et qui fait l’objet d’un soutien du concours innovation pour développer de nouvelles applications de cet ingrédient en boulangerie notamment. Inalve et Microphyt sont soutenus par le plan de relance pour développer à large échelle des ingrédients issus de micro-algues, dans un objectif de souveraineté alimentaire et de réduction de la surpêche.

INNOVER POUR LA SANTÉ PAR L’ALIMENTATION

Les ingrédients alimentaires et favorables à la santé (vitamines, acides aminés essentiels, levures et probiotiques, etc.) constituent des marchés en forte croissance mais sont fortement dépendants des importations asiatiques. Dans le cadre du plan de relance, le projet porté par Innocress vise à investir dans une unité de séchage du cresson, pour offrir un nouveau débouché aux cressiculteurs via la production d’un complément alimentaire qui améliore le bien-être des seniors. De même, Bioprox Healthcare, lauréat du concours innovation, propose de limiter les effets du vieillissement à travers le développement d’un probiotique, qui pourra être incorporé dans différentes matrices alimentaires. Autre lauréat de ce concours, Protera développera un ingrédient alimentaire à base de protéines, qui permettra d’augmenter la durée de conservation des produits de boulangerie et réduire le gaspillage,  en remplacement d’additifs conventionnels. Lauréat du concours ILAB, Oleoinnov contribue au dynamisme de la filière oléagineuse en extrayant du tourteau de colza de nouvelles molécules ayant des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et anticancérigènes.

Par ailleurs, lauréat du concours ILAB, Direct Analysis propose une solution d’analyse de la présence de bactéries pathogènes pour les industriels de l’agroalimentaire, performante et rapide, basée sur des technologies microfluidiques et optiques, leur permettent de maîtriser le risque d’une contamination bactérienne sur leur chaîne de production.

VOUS SOUHAITEZ ENTRER EN CONTACT AVEC DES STARTUPS INNOVANTES ?

INNOVER POUR REDUIRE LA DÉPENDANCE EN INTRANTS CHIMIQUES

Répondant à un double objectif de préservation de la biodiversité et de réduction de la dépendance aux engrais importés, les innovations dans le domaine du biocontrôle (protection biologique des plantes) et des biostimulants (biofertilisants) font l’objet d’un soutien important de Bpifrance. Ainsi le projet collaboratif GinBionic entre SBM Company, Greenpharma et le laboratoire iEES permettra d’identifier des molécules efficaces contre des insectes ravageurs des grandes cultures, grâce à des outils de génétique inverse. Un autre projet collaboratif porté par Fermentalg, Immunrise Biocontrole France (IBF) et l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin valorisera la production de biomasse d’une micro-algue marine pour une utilisation antifongique de la vigne. Dans le cadre du plan de relance, la start-up Antofénol valorise les déchets issus du bois de la vigne grâce à un procédé d’éco-extraction de l’Antoférine, un antimicrobien naturel pour la protection de plusieurs cultures fruitières.

 

Lauréats du concours ILAB, ELICIR développera un produit de biocontrôle efficace sur plusieurs cultures, y compris sur des ravageurs actuellement sans traitement chimique, dont la bactérie Xyllela de l’olivier ; Toopi-Organics recycle l’urine humaine en biostimulants, en y associant des bactéries fixatrices d’azote, en alternative aux engrais azotés ; Ecospray conçoit une gamme de solutions de pulvérisation à destination des viticulteurs, permettant de réduire drastiquement la dérive de produit phytosanitaires (perte dans l’air ou le sol) ; Seed’In développera des procédés innovants d’amélioration de la germination des semences via une meilleure tolérance aux aléas environnementaux, une augmentation de la durée de conservation des semences traitées et une stimulation efficace des défenses naturelles des plantes. La société de biotechnologie végétale qui utilise les technologies d’édition de gènes et de chromosomes, Meiogenix a bénéficié du soutien du fonds Ecotechnologies de Bpifrance/PIA, pour accélérer le processus naturel de création de biodiversité par les plantes, en vue d’accroître leur immunité, améliorer la qualité, le goût et la saveur de nombreuses cultures.

 

Par ailleurs, Aisprid, lauréat du concours ILAB contribue au maintien de la souveraineté alimentaire française grâce à son robot autonome de récolte de fruits et légumes, basé sur l’Intelligence Artificielle, en réponse au manque de main d’œuvre, dans une démarche de valorisation des produits locaux.

 

Autre lauréat de ce concours, Aiherd s’adresse aux éleveurs de bovins, en particulier ceux de l’industrie laitière, pour les assister dans le suivi de leur cheptel, dans un contexte d’augmentation de la taille des exploitations et de baisse du prix au litre du lait.  Grâce à ses algorithmes de vision par ordinateur et d’intelligence artificielle, son offre permet de détecter les pathologies des animaux et les évènements propres à leur cycle de vie (chaleur, mise bas, etc.).

Ces innovations de rupture soutenues par des aides à l’innovation, à l’industrialisation et des interventions en fonds propres, gérées par Bpifrance pour le compte de l’Etat, sont la preuve qu’il est possible de concilier souveraineté alimentaire, transition agroécologique et santé pour le consommateur, à travers le renforcement des capacités de production alimentaires, le développement d’alternatives biologiques aux intrants chimiques, d’aliments riches en protéines et de nutraceutiques de qualité made in France. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.