L’impact devient-il l’affaire de tous ?

Partager sur

Depuis sa création en 2011, Bpifrance Digital Venture (Bpifrance DV) s’affirme comme un fonds VC généraliste en ayant financé et accompagné plus de 90 startups dans des secteurs aussi divers que les RH (Talentsoft, Welcome To The Jungle), la logistique (Shippeo), le DIY (Manomano), les Fintech (Memo Bank, Swan), les devtools (GitGuardian, Strapi), la robotique (Balyo, Notilo Plus) etc. (cliquez ici pour consulter le portefeuille complet).

 

Bien que Bpifrance DV ne soit pas un fonds à impact (comme certains fonds spécialisés tels que Citizen Capital, Alter Equity, Phitrust, etc.), cela ne nous a pas empêché d’investir dans plusieurs sociétés créées par des entrepreneurs porteurs d’une mission et dont l’activité présente des externalités positives pour la société dans son ensemble, dans des domaines aussi variés que l’éducation, la santé, l’environnement, etc.

À titre d’exemples, Garantme facilite l’accès à un logement pour les personnes ne bénéficiant pas de caution personnelle quand Cardiologs aide les cardiologues dans la lecture et l’interprétation d’ECG pour en améliorer la rapidité et la fiabilité.

Un investisseur responsable

 

En tant qu’équipe d’investissement, nous nous interrogeons régulièrement sur la manière de faire évoluer notre métier pour l’aligner avec nos valeurs et peser sur la résolution des grands défis de notre époque. En ce sens, nous nous considérons comme un investisseur « responsable » (cette notion a été clairement expliquée par Gaia Capital Partners dans un article récent : Clarifying the Difference between Responsible Investment and Impact Investment).

 

Nous attachons donc une attention particulière aux projets porteurs d’un impact positif sur la société ou l’environnement, ces projets sont inspirants et nous avons à cœur de les accompagner. Mais nous considérons également que le changement doit et peut venir de n’importe quelle organisation. Nous sommes convaincus que chaque entreprise, quelle que soit sa taille ou son activité, a les moyens d’agir pour une société plus égalitaire, plus écologique et plus inclusive.

 

Nous nous basons notamment sur le cadre mis en place par l’ONU à travers ses 17 objectifs de développement durable, qui correspondent à une vision globale de l’impact et peuvent être mis en place par toutes les entreprises (ex : réduction de l’empreinte carbone, amélioration des conditions de travail des collaborateurs, diversité dans l’organisation etc.).

VOUS SOUHAITEZ ENTRER EN CONTACT AVEC DES STARTUPS INNOVANTES ?

Plus qu’une contrainte, un facteur de compétitivité

 

Ce positionnement est renforcé par la conviction que les entreprises leaders de demain seront alignées avec la société dans laquelle elles évoluent, et ce pour plusieurs raisons :

  • Les consommateurs et clients sont de plus en plus éduqués et exigeants au sujet des biens et services qu’ils achètent.
  • Les salariés veulent trouver du sens dans leur travail et les meilleurs talents tendent à rechercher des sociétés attractives sur le plan de la culture et des valeurs.
  • Sur un certain nombre de sujets RSE tels que l’égalité salariale, les émissions de GES, etc. la règlementation devrait devenir de plus en plus contraignante dans les prochaines années.

 

De nombreuses études démontrent d’ailleurs que la mise en place d’une politique ESG a un impact sur les performances des sociétés. En 2018, McKinsey publiait par exemple une étude montrant que les entreprises qui misaient sur l’inclusion et la diversité au sein de leurs équipes présentaient de meilleures performances que les autres.

 

Lors de nos phases d’étude pré-investissement, nous considérons donc la culture et les valeurs portées par une start-up comme des facteurs clés de succès au même titre que le positionnement produit ou la qualité de l’équipe de fondateurs.

 

Post investissement, nous encourageons nos dirigeants à s’approprier ces sujets et à les placer au cœur de leur projet entrepreneurial pour améliorer leur attractivité.

 

Des exemples à suivre

 

Plusieurs des sociétés de notre portefeuille ont pris des initiatives dans ce sens, à différents niveaux et avec des résultats très probants :

  • S4M #ecoconception : a procédé au cours des derniers mois à un gros travail d’optimisation de son code et de son architecture avec à la clé des gains significatifs en termes de coûts de serveur et de consommation d’énergie.

 

  • Welcome To The Jungle #bienêtreautravail :  est depuis cette année labellisé B-Corp. Ce label inclut différents critères tels que l’écart de salaire maximum au sein de l’entreprise, l’impact écologique des activités de l’entreprise ou encore le bien-être des employés.  En ce sens, WTTJ a initié au sein de son fonctionnement divers changements tels que la mise en place de la semaine de 4 jours pour l’ensemble de ses équipes.

 

  • Evaneos #écotourisme : a construit un modèle de tourisme éthique depuis sa création. Elle maximise les retombées économiques locales et sélectionne les agences respectueuses de leur milieu naturel.

 

  • Shippeo #réductiondesGES : travaille à la conception des modules de calcul des émissions de GES par les flottes de camions, première étape vers le pilotage d’une stratégie de limitation de ces émissions par leurs clients.

 

  • Singulart #artpourtous : a l’ambition d’apporter plus de transparence et d’équité au marché de l’art. En 2019, Singulart publiait son rapport d’impact où elle réaffirmait ses valeurs et engagements : la mixité (un binôme de fondateurs mixte, des revenus provenant à 44% d’artistes féminins), la diversité, la possibilité pour ses employés d’allouer 2 jours de travail par an à du volontariat, etc.

 

  • OpenClassrooms #parité : a déjà atteint la parité homme-femme au global, et s’est fixé comme objectif de parvenir au même score à tous les niveaux hiérarchiques (contributeurs individuels, managers, Cteam, board). L’entreprise a mené un important travail de sourcing, notamment pour l’équipe tech et pour les postes de managers. OpenClassrooms observe que la mixité au sein de ses équipes lui permet d’attirer de nouveaux talents (notamment féminins) plus facilement.

« Comme tous les sujets de diversité et d’inclusion, si le sujet n’est pas affiché et suivi au niveau COMEX et CEO, ça ne marchera pas. Tout le monde a compris que c’était important pour nous, donc ça avance. « 

Pierre DUBUC, CEO d’OpenClassrooms

Nous sommes convaincus que ce sujet est l’affaire de tous et que chacun, à son échelle, peut agir et entraîner les autres. La mobilisation récente de l’écosystème tech autour du Parental Act, qui a permis de faire évoluer la loi pour plus d’égalité femme/homme, est un bel exemple de la capacité d’entrainement et du pouvoir des startups dans la société.

 

Vous êtes porteur d’un projet de startup ambitieux ou vous souhaitez partager des bonnes pratiques en matière de responsabilité sociétale ? N’hésitez pas à nous contacter à Digitalventure@bpifrance.fr !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.