Penser Impact dès la création de sa startup

Partager sur

Photo : Optical Nomad via Unsplash

 

Dans un environnement où de plus en plus de grands groupes prennent des engagements forts pour réduire leur empreinte carbone et faire évoluer leurs modèles, les startups ont l’opportunité de tenir un rôle déterminant, en développant des innovations technologiques et d’usage conformes aux principes de l’économie circulaire et à la notion d' »impact », et ce dès les premiers jours de leur activité. C’est la conviction de l’équipe de gestion du fonds Ecotechnologies, et plus généralement de Bpifrance.

Réduction des émissions de CO2, objectifs de neutralité carbone, pratiques « régénératives » et innovations bas-carbone voire totalement décarbonées… les grands groupes mondiaux, et tout particulièrement français, multiplient les prises de position et les engagements sur les sujets climatiques pour améliorer leur bilan à horizon 2030/2050.

 

Cette évolution s’observe tout particulièrement dans le secteur de l’énergie, des matières premières, des transports ou encore dans l’industrie lourde. Parmi les initiatives récentes, citons Airbus et ses avions à hydrogène dont la commercialisation est prévue pour 2035, les ambitions d’ArcelorMittal dans l’acier décarboné ou encore les efforts des cimentiers et acteurs du BTP pour promouvoir les bétons bas-carbone dans la construction.

 

Certes, ces acteurs y sont souvent incités par des évolutions réglementaires. Dans le bâtiment, par exemple, le gouvernement français a fixé une feuille de route à toute la filière ciment, avec un objectif de réduction de 24% des émissions carbone d’ici à 2030, puis de 80% pour 2050. D’autres secteurs, comme celui du transport maritime, font également face à des défis de taille, ce dernier voit une première marche à franchir en 2030 avec une réduction d’au moins 40% de ses émissions de C02 par rapport au niveau de 2008. Mais ce mouvement n’est pas seulement impulsé par des contraintes réglementaire, il est aussi porté par les clients et les actionnaires, de plus en plus sensibilisés aux questions environnementales et sociales.

 

Si ces grands groupes de l’ère industrielle parviennent à engager des mesures chiffrées et notables en faveur de l’environnement, les entreprises plus agiles et plus jeunes ne devraient même pas avoir à transiger. Et ce, d’autant plus qu’elles sont nées dans un contexte où la prise de conscience environnementale et réglementaire est forte. Les entrepreneurs qui se lancent aujourd’hui n’ont donc tout simplement plus le choix : ils doivent s’engager eux aussi dans cette voie, en construisant des modèles de startups qui prennent en compte les enjeux de neutralité carbone, voire, au mieux, en cherchant à avoir une contribution sociale et environnementale positive. Le tout, en évitant les écueils du greenwashing.

VOUS SOUHAITEZ ENTRER EN CONTACT AVEC DES STARTUPS INNOVANTES ?

À la différence d’un grand groupe qui a des infrastructures et un fonctionnement installés, il est en effet plus aisé pour une startup de prendre le sujet en main dès sa création. Cet enjeu est aussi une opportunité business : comme pour leur transformation numérique, les grands groupes vont avoir besoin des startups pour faire évoluer leurs modèles et questionner voire diminuer leur impact environnemental. La loi Pacte, en impliquant que l’entreprise est responsable de la vertu de ses fournisseurs, pourrait aussi accélérer les choses, en faisant entrer des critères de gouvernance et d’impact environnemental dans les appels d’offres.

 

Au-delà des bonnes pratiques déjà mises en œuvre par certaines sociétés, il est possible d’aller plus loin encore dans les démarches vertueuses. Des méthodologies, des indicateurs de performance et des outils pour les mesurer se développent rapidement. Dans notre portefeuille, la startup Zei, notamment, travaille sur ce sujet, avec ses outils d’évaluation et de pilotage de la stratégie RSE des entreprises.

 

Parallèlement à ces initiatives autour de la quantification, des startups œuvrent au développement d’alternatives éco-technologiques pour répondre aux enjeux de demain. Un bon exemple au sein du portefeuille de Bpifrance Ecotechnologies est Ynsect. Ynsect fait de l’élevage d’insectes et transforme ces derniers en ingrédients à destination des animaux domestiques et d’élevage ; son activité est carbone négative. Le modèle même d’Ynsect est vertueux et répond aux plus hauts standards de performance sociale et environnementale : ses dirigeants s’attachent à ce que son impact soit mesuré et vérifiable. L’entreprise est notamment certifiée B Corp et travaille avec Zei pour mesurer son score environnemental et identifier des pistes de progression.

 

Davantage d’entrepreneurs doivent maintenant s’engager sur ce chemin ! Nous sommes prêts à les accompagner.

 

N’hésitez pas à nous écrire pour en parler et nous présenter vos projets les plus ambitieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.