fbpx

Les métiers de l’équipe produit

Partager sur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les Clubs Métiers du Hub réunissent des experts métiers des participations de Bpifrance. Pour inaugurer le lancement du Club Produit, nous vous proposons une série d’articles consacrée au métier de Product Manager. Cette semaine, nous élargissons notre périmètre à l’ensemble de l’équipe produit pour une vision complète de sa composition idéale. 

 

Photo par Ju Guan via Unsplash

bpifrance LeHub Clubs_logo research_V1_AUG2020

Intéressons nous pour commencer à quatre variations du métier de PM, qui apportent toutes une brique additionnelle de compétences au métier.

 

Le Technical Product Manager

Le Technical Product Manager (TPM) ajoute une dimension technique au poste de PM en retranscrivant les besoins client en solutions technico-fonctionnelles. Il a souvent une formation ingénieur (ancien dev ou Lead Dev) car il travaille essentiellement sur l’aspect technique du produit (de la conception fonctionnelle/conception technique jusqu’à la rédaction de l’implémentation technique chez l’utilisateur). Pour Bruno Mathis, Head of Product chez EVINA, un TPM doit présenter les mêmes compétences qu’un PM, avec « une appétence plus prononcée pour la technique, sur le plan de la connaissance techno, des composants, etc. ».

 

Le Data Product Manager

Le Data Product Manager peut être entendu de plusieurs façons. Parfois, il s’agit d’un PM “augmenté” qui pratique lui-même le rôle de Data Analyst ; un PM polyvalent en somme. Le PM intègre alors une dimension supplémentaire d’analyse de données pour s’assurer de la qualité et de la pertinence des données collectées par le produit et retournées à l’utilisateur final. Son équipe nettoie, décortique, analyse et restitue les informations tirées du produit (une plateforme SaaS par exemple), pour les restituer à l’utilisateur soit directement, soit à travers une fonctionnalité développée par une autre équipe. Parfois, la dénomination va se référer plutôt aux types de produit et on dira d’un PM Data qu’il travaille sur un produit data (en général des Saas B2B, à l’exclusion des sites de e-commerce ou des marketplaces).

 

Pour d’autres, la réalité de ce métier revient plutôt à traiter les parties du produit les plus innervées de data. Le rôle de PM consiste alors à créer un produit sans interface directe utilisateur mais qui servira de “fondations” pour les produits conçus par les autres équipes. Pour Léo Wiel, PM chez AB Tasty : « C’est un métier plus technique car il nécessite des connaissances plus larges. Je travaille en effet avec des ingénieurs Big Data, des Data Scientists, des DevOps, des développeurs front & back et sur des technologies aussi larges que variées (dans mon cas, toute la stack Google Cloud Platform et AWS). Il est très important d’aimer travailler sur des projets peu visibles (il n’y a presque jamais d’interface pour l’utilisateur final), peu dynamiques mais de très haute importance et totalement connectés avec l’ensemble des produits de l’entreprise.

 

Le Product Marketing Manager

Le Product Marketing Manager (PMM) n’est pas seulement le trait d’union entre le produit et le marché. Selon Louis-Marie, il est « la force motrice qui pousse un produit vers un marché. Il est à la fois la voix des utilisateurs, des conteurs ou storytellers qui créent la magie autour d’un produit, celui qui permet aux sales de faire leur travail le plus efficacement et enfin celui qui veille à ce qu’un produit délivré rencontre bien son marché ». En définitive, le PMM doit être « l’expert reconnu par tous du produit », ce qui nécessite qu’il soit remarquable et visible dans l’entreprise, pour que tous sachent quel est son rôle et son périmètre de travail. Retrouvez le profil de Louis-Marie de Chateauvieux, PMM chez AB Tasty.

 

Le Growth Product Manager

Le Growth Product Manager s’assure au quotidien de l’alignement de l’ensemble des produits avec les objectifs de l’entreprise. Pour ce faire, il est owner d’un KPI ou d’un objectif économique particulier qu’il doit améliorer et optimiser transversalement (ex : user acquisition, churn, time in app). Pour François, GPM chez Alan, un bon GPM doit être dans « une posture scientifique de questionnement (avec la formulation d’hypothèses de travail), d’analyse (de data, en collaboration avec de multiples équipes) » et doit démontrer un réel esprit critique au jour le jour.

 

Le Product Manager I.A.

Le PM IA est plus confidentiel, plus rare que les dénominations précédentes, et se réfère au type de produit : en l’occurrence des produits reposant sur l’IA pour fonctionner. C’est ce qu’on pourrait dire d’un PM de chez Shift Technology, Hyperlex et Cardiologs par exemple, des entreprises reconnues pour leur usage de l’IA.

VOUS SOUHAITEZ ENTRER EN CONTACT AVEC DES STARTUPS INNOVANTES ?

Tous les profils mentionnés travaillent en collaboration avec d’autres talents complémentaires, regroupés dans des équipes interfonctionnelles.

 

Le Product Ops

Le Product Ops œuvre à résoudre les challenges stratégiques et opérationnels de l’équipe produit. Pour cela, il met en place de nouveaux outils de productivité et optimise les process internes pour améliorer les workflows de l’équipe et la faire gagner en efficacité. C’est un poste encore très nouveau en France, nécessaire à partir de la mise en échelle des équipes produit. Pour Alix Mallard, Product Ops chez PayFit, un bon PM doit faire preuve d’esprit d’analyse (raisonner « en problème et non en solution ») et faciliter les échanges et la communication au sein de son équipe.

 

Le Lead Product Owner

Le Lead PO gère une équipe de product owners (PO) et assure à ce titre le lien entre Discovery et Delivery. Il est en charge de la priorisation du backlog et l’arbitrage des développements en fonction des retours utilisateurs. C’est un titre encore peu courant en France et remis en cause par la distinction floue entre PO/PM. Retrouvez le profil de Yasser Al Habobi, Lead PO chez BNP Paribas et le profil de Stijn Pieper, Lead PO chez Revolut

 

Les développeurs

Les « devs » sont chargés de coder et construire de nouvelles features sous la responsabilité d’un PM et au contact des designers et user researchers. Au quotidien, ils sont également amenés à corriger les bugs. Retrouvez le profil d’Amélie Lescure, Développeuse FullStack RoR/React chez Snapshift et Arthur Hamon, Développeur front-end chez Vestiaire Collective.

 

Les UX/UI Designers

Les UX/UI Designers travaillent en étroite collaboration avec le PM pour définir l’expérience utilisateur et concevoir un produit qui réponde aux attentes des utilisateurs. Une part importante de leur travail est de nature itérative, grâce aux retours utilisateurs fréquents mais aussi l’amélioration continue des outils de design. Pour Timothée Barrand, UX Designer chez JobTeaser, « le PM doit être plus organisé qu’un designer. Il se doit de garder une empreinte dans le monde réel pour contrebalancer la créativité du designer ». Retrouvez son profil et celui de Maxime Sabard, UX/UI Designer chez MWM.

 

Le User Researcher

Le User Researcher est essentiel, de l’origine du projet jusqu’aux phases ultérieures d’itération. Il cherche à comprendre les motivations des utilisateurs et teste les hypothèses sur lesquelles la conception s’est basée. Les retours obtenus permettent à l’équipe de designers de mieux comprendre les besoins des utilisateurs, de les synthétiser, puis d’améliorer l’expérience proposée. Le rôle des user researchers demeure stratégique au long de la croissance de l’entreprise, pour s’assurer de l’adéquation des solutions aux besoins des clients. Pour Mathilde Gauthier, User Researcher chez PayFit, un bon PM est « capable de distinguer les informations disponibles en interne des informations que seuls les utilisateurs peuvent apporter », car il dispose de données quantitatives et de précédentes recherches sur lesquelles il peut s’appuyer. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.