Les startups françaises qui font le « future of work »

Partager sur

Huit millions. C’est le nombre de personnes qui ont été concernées par le télétravail pendant la période du confinement imposée par la Covid-19, en France. Avec le peu de recul que nous pouvons nous prévaloir aujourd’hui, ces semaines ont été l’occasion pour les entreprises de revoir leur modèle managérial, d’évoluer vers une culture d’engagement et d’objectifs, et de mettre en place de nouveaux outils digitaux pour le travail et son organisation. Ceci étant dit, en mai, la première étape a été de traiter l’urgence.

Selon l’enquête orchestrée par l’Association Nationale des DRH (ANDRH) auprès de ses adhérents et visant à mesurer l’impact de la crise du Covid-19 sur l’activité de ces derniers, ils seraient 95 % à indiquer que le télétravail a été mis en place dans leur entreprise (lien de l’étude ici).

Ainsi, si une très grande majorité des entreprises a connu des perturbations dans un premier temps – celles-ci n’étant pas préparées à travailler de manière intégralement digitalisée, à distance -, trois mois après, le télétravail est désormais entré dans les mœurs : il a répondu à l’exigence de productivité. A l’avenir, la tendance à la digitalisation pourrait par conséquent persister, voire s’accélérer. On observe par ailleurs que, parmi les entreprises ayant encouragé le retour sur site dès le déconfinement, une large majorité tend vers un dispositif de travail mixte, associant présentiel et distanciel et favorisant la flexibilité. En effet, les organisations doivent désormais composer avec les attentes des collaborateurs – qu’elles soient nouvelles ou renforcées – et leurs propres besoins. Sans surprise, on note enfin que la crise a profondément modifié le rapport qu’ont les collaborateurs avec leur espace de travail et leur bureau. Plusieurs entreprises ont ainsi lancé une démarche approfondie autour du futur du travail.

« Nous avons constitué des groupes internes pour travailler sur la nouvelle relation au travail, animer une grande consultation interne sur le sujet, ouverte et flexible, impliquant les collaborateurs […] et dessiner les nouveaux contours de cette relation au travail », nous détaille Clémence Le Rhun, Chief of Staff auprès de la DRH de la Société Générale. Un process relativement proche a également été lancé chez Accor Hotels.

 

En pratique, dans le process de digitalisation de l’entreprise, trois phases peuvent être observées :

  1. La gestion de l’urgence : un télétravail subi, un équipement hâtif, un management de crise et, par voie de conséquence, une certaine vulnérabilité IT
  2. La redéfinition (phase actuelle) : recherche de nouveaux équilibres, sécurisation des SI, expérimentation et mise en place de nouveaux outils et nouvelles manières de travailler
  3. La pérennisation : la finalisation des nouveaux schémas et une bascule complète vers le Futur du travail

 

Même si des signaux faibles apparaissaient déjà depuis quelques temps, la mutation du travail en entreprise s’est véritablement accélérée avec la crise du Covid-19. Elle devrait se poursuivre dans les années à venir et impacter la mise en place d’outils collaboratifs, de communication et plus généralement d’outils digitaux permettant de simplifier le travail quotidien sur site comme à distance. Ce changement de paradigme aura également des conséquences connexes sur la sécurité IT/digitale ou encore l’immobilier d’entreprise. Le « monde d’après » reste cependant questionnable selon Elodie Roueil, DRH chez Bpifrance : « la grande question qui divise est : doit-on se limiter à normer le travail et le télétravail ? Faut-il voir plus loin et repenser l’aménagement du temps, les rituels indispensables en physique et les choses pouvant être faites en distanciel ? »

 

Une autre étude pilotée par l’ANDRH et du Boston Consulting Group stipule par ailleurs que 85% des DRH considèrent souhaitable le développement pérenne du télétravail dans leur entreprise. Deux tiers d’entre eux attendent même des gains de productivité grâce au développement de cette pratique. Plusieurs études menées en interne par des grands groupes abondent et indiquent que la grande majorité des collaborateurs souhaite que le télétravail se poursuive.

 

Ces nouveaux modes de travail vont également générer des changements sur les SI et l’immobilier. Selon Anne-Sophie Beraud, VP Group Inclusion & Diversity chez Accor Hotels, « la crise et le télétravail vont avoir un impact sur l’organisation de l’espace de travail et l’immobilier. Accor plébiscite déjà le co-working, et ce notamment dans les hôtels, mais la crise nous a fait prendre conscience qu’il fallait mixer davantage les équipes et créer des zones de réunions, des zones de créativité, etc. »Les solutions innovantes proposées, entre autres, par les startups pourraient faciliter cette transition vers de nouveaux modes de travail, en rendant ces derniers toujours plus compatibles avec l’évolution des besoins des collaborateurs et de leurs organisation.

 

Bpifrance Le Hub a passé au crible l’écosystème tech français et identifié près de 190 startups tricolores impliquées dans la réflexion autour du « Futur du travail ». Cet engagement se retrouve au choix dans les outils qu’elles offrent à destination de tous les collaborateurs de l’entreprise, ou dans l’activité même de l’entreprise, et permettre ainsi d’optimiser la performance des collaborateurs, au bureau ou à distance.

VOUS SOUHAITEZ ENTRER EN CONTACT AVEC DES STARTUPS INNOVANTES ?

Sept grands segments ont été étudiés sur ce mapping, dont trois donnant lieu à un mapping spécifique (un lien a été ajouté vers ce dernier quand nécessaire) :

 

  1. Les startups permettant le travail collaboratif ou à distance, digitalisant par exemple l’espace de travail, permettant d’améliorer l’efficacité des réunions ou d’optimiser la gestion de projets ou d’équipe. Klaxoon propose par exemple une suite d’outils collaboratifs pour travailler efficacement en équipe. Lumapps a quant à elle créé un intranet social et collaboratif pour les entreprises permettant de mieux connecter, informer et impliquer les employés. Plus d’un million d’utilisateurs dans le monde utilisent déjà les services de ces deux startups. Aussi, des startups relatives à la gestion et la réservation d’espaces pour les entreprises y ont également été incluses. De son côté, Harvestr permet de piloter le développement produit sur la base de feedback d’utilisateurs, et ce y compris dans des situations de travail à distance.
  2. Les startups permettant la communication collaborative et à distance, qu’il s’agisse de vidéo audio, message… Par exemple, Livestorm (solution de webinars et vidéo conférences pour les entreprises, avec de très nombreux utilisateurs simultanés) affirme que le nombre de webinaires a été multiplié par 10 depuis le début de la crise du Covid-19, et ce volume ne diminuerait pas depuis. Swile, connue pour ses titres restaurants, se développe sur la cohésion d’équipe, et intégrera prochainement une messagerie dans ses outils.
  3. Les startups ayant simplifié la création de contenus ou supports, qu’il s’agisse de sites web, vidéos interactives ou autres contenus, et permettant d’enrichir des contenus de manière simplifiée, ou d’en simplifier la création pour la rendre accessible à de nombreux collaborateurs non experts. Dans cette catégorie, figurent des startups comme Adways, qui propose une solution permettant à chacun de créer des vidéos interactives très facilement. D’autres entreprises, comme Wizaplace, permettent la création et la gestion de marketplaces aux usages multiples, de manière relativement simple, grâce à leur solution tout-en-un.
  4. D’autres startups permettent d’optimiser la productivité des collaborateurs grâce au digital : gestion des mots de passe, automatisation de tâches simples, visualisation de données, assistants virtuels, gestion de contenus, etc. Julie Desk permet ainsi aux collaborateurs d’avoir un(e) assistant(e) virtuel(le) permettant d’automatiser l’organisation de l’agenda professionnel et les prises de rendez-vous.
  5. Enfin, sur le sujet des smart offices, un mapping dédié à la proptech viendra compléter le petit aperçu donné sur la catégorie « smart offices / Réservation et gestion d’espaces physiques ». Dans ce sous-segment, on retrouve des startups telles que Kactus, spécialisée sur la réservation de salles ou lieux pour les entreprises, pour une conférence, un séminaire, etc.

 

Le sujet du futur du travail est également étroitement lié aux sujets RH et IT. Ainsi, retrouvez l’intégralité des startups identifiées par Bpifrance sur les mappings relatifs aux EdTech (pour la formation des collaborateurs notamment), à la RHTech, et à la Cybersécurité.

 

Dans une phase post-confinement dans laquelle les entreprises revoient leurs pratiques, faire appel à la tech et digitaliser les méthodes de travail relèvent d’une véritable stratégie d’investissement dans l’avenir pour garantir la robustesse et l’agilité de son organisation dans le monde de demain.

N'hésitez pas à nous contacter !

Nous avons focalisé ce mapping sur les startups innovantes immatriculées en France. S’il vous paraît manquer des acteurs ou que vous souhaitez avoir plus détails sur le sujet, n’hésitez pas à nous contacter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.