« Future of work » : comment rendre à nos bureaux toute leur utilité et leur vitalité ?

Partager sur

Photo par Jud Mackrill via Unsplash

 

Entre les entreprises qui proposent un télétravail encadré pour tenter de vivre avec leur temps, les autres qui imposent le présentiel pour recréer du lien sur le lieu de travail, et celles qui ont réduit leurs surfaces pour raisons économiques, le retour au bureau a souvent été joué sur le thème “tout doit changer pour que rien ne change”.

Une approche qui tend à perdre de vue l’essentiel : pour exister, le bureau doit être utile et vivant !

 

Covid-19, l’hybridation comme nouvelle norme

La pandémie a eu ceci de positif qu’elle a mis fin à un fantasme moderne, celui du collaborateur nomade à 100%. Tout du moins au sein d’un collectif. Les expérimentations qui visaient à rendre l’espace et le rythme de travail plus flexibles (comme le “flex-office”), se sont révélées être bien plus que de simples étapes vers une finalité que serait le tout-télétravail. L’hybridation ne fait pas partie d’un processus, c’est une fin en soi !

Alors quand les salariés se montrent réticents à l’idée de revenir au 100% présentiel, c’est aux dirigeants d’interroger en profondeur ce qui donne du sens au bureau. Pourquoi aurait-on envie d’y venir ?

VOUS SOUHAITEZ ENTRER EN CONTACT AVEC DES STARTUPS INNOVANTES ?

Pas de modèle “miracle” pour le retour au bureau, mais une approche expérimentale à adopter

Pourquoi et comment revenir au bureau ? C’est précisément la question à laquelle Nicolas Beuvaden (fondateur de Welcome at Work) a tenté de répondre. Avec l’aide de plusieurs professionnels du secteur aux profils variés, il a donc co-construit un mini guide du Retour vers le bureau.

Parmi les experts sollicités, Julien Eymeri (cofondateur de Quartier Libre) insiste sur la nécessité de tirer rapidement les enseignements de la crise. Il faut poser la question aux premiers intéressés. Qu’attendent les collaborateurs de leurs bureaux pour demain ?

 

“Sur l’organisation de l’hybridation, il faut s’adapter aux désirs réels des gens […]. Les directions générales doivent arrêter de produire des bonnes idées, arrêter de demander à des prestataires extérieurs, mais demander aux gens.” Julien Eymeri

 

Si l’hybridation des espaces semble faire l’unanimité, avec des surfaces réduites, mais plus qualitatives, alors il faut expérimenter. L’hybridation repose sur un équilibre propre à chaque entité, fruit de tentatives d’un côté comme de l’autre.

 

“Quand on se dit “ce serait super que”, il y a finalement beaucoup de déconvenues. Il faut expérimenter, mettre des règles, mais ne pas hésiter à revenir en arrière, à être humble, à l’écoute.” Julien Eymeri

Comprendre l’utilité du bureau pour assurer sa vitalité

 

C’est un processus qui prend du temps, plusieurs mois, voire plusieurs années, prévient Nicolas Beuvaden. Il est convaincu que le statut du bureau a déjà évolué, passant de simple centre de coûts à celui d’étendard de l’entreprise. La pandémie n’a fait qu’accentuer cette tendance.

En interne, le bureau est garant de la performance, de la créativité et de l’expérience de vie au travail pour les collaborateurs. À l’externe, c’est un levier d’attraction pour les clients, les partenaires et les nouveaux talents. Et dans les deux cas, c’est un formidable outil de promotion des valeurs de l’entreprise.

 

C’est en gardant à l’esprit ce nouveau statut qu’il sera possible de construire un futur souhaitable pour le bureau. Un futur attrayant pour les collaborateurs, impliqués dans la conception et dans l’utilisation de leurs espaces.

 

Le sujet vous intéresse ? Le guide du “Retour vers le bureau” est disponible sur le site de Welcome at Work !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.