IPO : c’est le bon moment pour y réfléchir !

Partager sur

Photo

 

Quelques mois après le lancement conjoint du “Club des Investisseurs Corner stone” par Bpifrance et de l’initiative Euronext Tech Leaders, dont le but est de faciliter les IPOs dans la tech, BIG 2022 nous a permis d’incarner très concrètement ces initiatives, grâce à un échange animé par Delphine d’Amarzit, Présidente – Directrice Générale d’Euronext Paris, avec Yann Du Rusquec, Managing Partner chez Eurazeo Growth, Jonathan Fiol, gérant growth ECM chez Lazard et Sébastien Ribeiro, gérant chez Amiral Gestion.

 

L’écosystème Tech français est maintenant entré dans une nouvelle phase de maturité : il compte désormais un nombre conséquent de scale-up et de licornes pour lesquelles l’« exit » privilégiée serait probablement une introduction en bourse . Il reste toutefois à rendre possibles de beaux succès sur les marchés européens et pour cela bâtir tout un écosystème boursier capable d’accompagner les startups tech cotées.

 

Le défi n’est pas simple à relever, mais de nombreuses initiatives récentes vont dans ce sens. Celles-ci démontrent une forte volonté de la part des acteurs concernés pour mettre en place toutes les conditions de succès et faire au plus vite de l’Europe un terrain fertile pour les introductions en bourse.

 

C’était d’ailleurs l’un des messages clés de la table ronde : même si la conjoncture actuelle est loin d’être favorable aux IPO, la période est pourtant idéale pour réfléchir aux avantages d’une introduction en bourse et s’y préparer, afin de pouvoir agir rapidement lorsque le marché redeviendra favorable à ce type d’opérations.

 

Car oui, une introduction en bourse ne s’improvise pas. Les pré-requis en termes d’organisation interne, de structuration comptable et financière, ainsi que de gouvernance imposent de s’y préparer plusieurs mois à l’avance. Pour sensibiliser les entrepreneurs à ce sujet, Euronext anime depuis plusieurs années un programme européen de sensibilisation nommé “Tech Share”, autour d’ateliers consacrés aux grands sujets à initier (positionnement stratégique de l’entreprise, chantiers comptables et financiers, relations avec les autorités de marché, communication financière…). Ce programme très apprécié permet aux entrepreneurs de se familiariser à la bourse et de préparer au mieux leurs projets d’IPO.

 

En outre, une introduction en bourse ne doit pas être considérée comme un aboutissement : c’est le point de départ d’une nouvelle histoire, qui, elle aussi, se prépare et se construit. Anticiper les communications et annonces des premiers mois qui suivent l’introduction est en effet crucial pour assurer la réussite du parcours boursier de l’entreprise et construire ainsi la crédibilité du management vis-à-vis des marchés financiers. Sur ce sujet, le Cliff, l’association française des professionnels de la communication financière, propose un programme d’accompagnement incluant de la formation et du mentoring de la part de responsables relations investisseurs expérimentés.

VOUS SOUHAITEZ ENTRER EN CONTACT AVEC DES STARTUPS INNOVANTES ?

Du coté des investisseurs, on observe un intérêt croissant de la part des acteurs du private equity pour accompagner leurs participations vers la bourse, à l’image de ce que font avec succès les fonds cross-over anglosaxons. Du coté des asset managers qui ont vocation à participer au placement des IPO, on note également un grand intérêt à identifier en amont les dossiers.

 

C’est de ce constat qu’est né “le club des Investisseurs Corner stone”, un lieu informel de rencontre entre fonds de capital investissement privé et gérants d’actifs institutionnels spécialisés dans la Tech, lancé à l’initiative de Bpifrance. Son objectif ? Créer un écosystème de rencontres entre investisseurs du private equity et gérants d’actifs cotés permettant également d’initier des rencontres informelles avec des dirigeants d’entreprises qui peuvent ainsi se familiariser avec les asset managers.

 

A cette initiative s’ajoute la création de fonds spécialisés sur la tech (comme le fonds Sextant Tech d’Amiral Gestion, lancé récemment) ou de réflexions de la part d’acteurs du private equity qui souhaitent lancer des fonds de cross-over. Eurazeo, par exemple, a la capacité d’investir dans les sociétés cotées, au même titre que Bpifrance.

 

Sur ce point, Bpifrance a annoncé en juin dernier la mobilisation de 500 millions d’euros afin de jouer un rôle actif dans les futures entrées en bourse des scale-ups françaises. La Caisse des dépôts, pour sa part, a créé un fonds dédié d’un montant initial de 300M€, par l’intermédiaire de CDC Croissance.

 

En parallèle de ces annonces, Euronext met davantage en valeur les entreprises cotées de la Tech européenne, avec la création en juin dernier le segment de marché “Tech Leaders. Celui-ci regroupe plus de 100 sociétés en forte croissance et d’une taille supérieure à 300M€ de valorisation, dont 41 cotées à Paris. Ensemble, elles ont levé plus de 7 milliards d’euros depuis 3 ans sur les marchés d’Euronext. Un indice a été créé pour faciliter le travail des gérants spécialisés en augmentant la visibilité de ces entreprises, ce qui va aussi contribuer à attirer les futurs candidats à une IPO.

 

Grâce à ces nombreuses initiatives, fruits d’un travail conjoint de tout l’écosystème, nous sommes convaincus que les scale-up françaises pourront bénéficier des meilleures conditions de succès pour leur future introduction en bourse le moment venu !

Le rôle de Bpifrance Large Venture

Acteur historique du VC late stage français, le pôle Large Venture de Bpifrance, qui a investi dans 11 des 30 licornes françaises à date et dont Maïlys Férrère en est la directrice, a pour objectif de favoriser l’émergence de champions français de la Tech, futurs leaders mondiaux de leurs marchés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.