Le tourisme face à la crise, mapping et perspectives

Partager sur

Représentant 7,4% du PIB, et 2 millions d’emplois directs en France, le secteur du tourisme est un secteur majeur de l’économie française, la France étant la première destination touristique mondiale. Ce secteur couvre plusieurs marchés distincts aux tailles, caractéristiques et dynamiques différentes : hébergement, restauration, organisation de voyages, transport, etc.

 

En mars 2020, le confinement sonne l’arrêt quasi-total de ce secteur en France : les hôtels, restaurants, compagnies aériennes et autres entreprises du secteur tournent à tout juste 10% de leur régime habituel. Pour l’année 2020, les professionnels du secteur estiment que la crise du covid-19 aura un impact très important sur leur chiffre d’affaires : le cabinet Roland Berger estime l’impact de la crise à -40% sur le chiffre d’affaires et à -64% sur la profitabilité (EBE) du secteur . Pour aider le secteur à passer cette crise et à rebondir, l’Etat a lancé un ambitieux plan de relance gouvernemental dédié.

 

Outre l’impact direct sur l’activité, cette crise aura particulièrement souligné l’enjeu de digitalisation des entreprises du secteur, leur permettant une plus grande flexibilité et capacité d’adaptation aux nouvelles contraintes. Or, si la digitalisation impacte le secteur du tourisme depuis au moins 2 décennies et plus particulièrement ces dernières années, le niveau de digitalisation reste toutefois très hétérogène d’un segment à un autre et d’un type d’acteur à l’autre : les chaînes et groupes, ou acteurs premium ont généralement digitalisé la majorité de leurs processus et continuent d’investir dans de nouvelles solutions, tandis que les plus petites entreprises, très majoritaires en nombre, restent peu digitalisées.

 

Cette crise doit donc être vue par les acteurs du tourisme comme une opportunité d’accélération de leur digitalisation afin de mieux adresser les nouveaux besoins des clients ou les nouvelles contraintes.

Pour cela, les acteurs du tourisme ont tout intérêt à s’appuyer sur l’écosystème tech, ce qui leur permettra de gagner en résilience et à se renforcer sur la scène française ou internationale. Certaines startups proposent ainsi de nouveaux modèles créateurs de valeur. Loisirs Enchères permet par exemple aux hôtels, gîtes ou organismes de loisirs de distribuer leurs nuitées ou services au travers un système d’enchères, moins coûteux pour ces entreprises, mais aussi pour les acheteurs. D’autres permettent de digitaliser certains processus clés comme la gestion du personnel avec Snapshift, le recrutement avec Bruce, la gestion des approvisionnements avec FoodMeUp, la prise de commande en ligne avec Live Pepper ou à l’encaissement et la fidélisation avec Tiller Systems, et bien d’autres. Au total, ce sont près de 400 startups qui ont été recensées, positionnés sur 6 macro-marchés de la filière tourisme : hôtellerie, restauration, transport, expériences touristiques, organisation de voyages, et solutions pour acteurs du tourisme.

 

 « Comme dans tous les secteurs, la digitalisation est une tendance de fonds qui vient impacter les équilibres en place, permettre le développement de nouveaux services, simplifier les usages etc… Chez Bpifrance, nous sommes convaincus que les acteurs de ce secteur majeur pour notre économie et profondément touché par la crise actuelle doivent se rapprocher de l’écosystème tech qui leur permettra d’accélérer leur transformation digitale, clé de compétitivité et du rebond » analyse Paul François Fournier, Directeur Executif de Bpifrance en charge de l’Innovation.

VOUS SOUHAITEZ ENTRER EN CONTACT AVEC DES STARTUPS INNOVANTES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.