fbpx
4 tips pour piloter ses équipes produit et choisir ses product managers

Au sein d’une organisation, les équipes produit ce sont les talents qui sont capables de concevoir des solutions attrayantes en phase avec les attentes du marché, mais aussi d’améliorer ces solutions de façon incrémentale… voir de les “killer” quand il faut revoir les priorités. Des équipes produits qui tournent, c’est donc la garantie d’être créatif mais aussi réactif pour coller aux priorités business. Dans le cadre d’une session Plateforme Académie au Hub dédiée au business de plateforme, nous avons abordé les questions de la gouvernances des équipes produits et du profil des product managers avec Johan Aradan, Head of Product chez Malt et Christopher Parola, CPO chez Meilleurs Agents. Condensé de leur intervention en quatre points !

1. Favoriser la pluridisciplinarité avec des profils transverses

Une équipe produit c’est la rencontre de compétences variées : data analyst, UX et UI designer, développeurs, product marketing manager… Chez Malt, on favorise ainsi une organisation en squads non étanches qui vont être nourrie par des expertises transverses. Un UX designer ou un data analyst interviendront ainsi sur deux squads, quand un product marketing manager centralisera la fonction marketing pour l’ensemble des squads. Un user researcher externe peut également être sollicité ponctuellement pour piloter des sessions chez les clients. Il pourra étayer ou ébranler les intuitions des product managers en apportant des éléments tangibles et avec une posture relativement neutre.

2. Responsabiliser sans trop décentraliser

Un écueil organisationnel consiste à former une équipe produit qui va réfléchir dans son coin et produire des concepts qui, faute d’avoir été explicité en amont, seront ensuite difficile à déployer. C’est l’effet “prestataire interne qui livre un produit sans la notice”, et il faut à tout prix l’éviter pour maintenir une cohérence d’ensemble, de la réflexion sur le produit à son déploiement commercial. Le rôle du product manager est ainsi de se positionner en pivot entre son équipe et les autres fonctions, notamment la vente.

VOUS SOUHAITEZ ENTRER EN CONTACT AVEC DES STARTUPS INNOVANTES ?

3. Penser “rituels” pour gérer la solitude du product manager

Si le product manager doit être en partie “protégé” du quotidien opérationnel, il n’en reste pas moins, on l’a vu, un pivot qui doit favoriser l’innovation. Il est primordial dès lors de prévoir des “rituels” qui vont susciter des échanges avec les autres équipes. Ici, il faut marier le formel et l’informel de façon à créer des relations organiques. Chez Malt, les Product managers se réunissent une fois par semaine pour présenter une problématique à laquelle ils sont confrontés, et ainsi faire la pédagogie de leur vision au fil de l’eau.

4. Le bon product manager, un polyvalent convaincant

Pour parvenir à acculturer l’ensemble des collaborateurs (jusqu’au CEO) sur les problématiques produits, le profil idéal doit être à la fois un expert capable d’ “ultra-rationnaliser” ses décisions, mais aussi quelqu’un doté d’excellentes aptitudes sociales. Les capacités à communiquer, à aller chercher de l’aide au bon moment auprès des bonnes personnes, à partager enthousiasme mais aussi doute, tout cela est clé.

Nos intervenants se rejoignent pour affirmer que, du point de vue des compétences pures, il n’y a pas de parcours idéal pour un product manager mais un impératif de polyvalence : un profil commerce devra savoir parler le langage technique avec des développeurs, et à l’inverse un profil plus technique devra avoir une appétence à comprendre des problématiques de marché et des besoins utilisateurs. Évidement, des notions de design transversales s’avèrent un énorme plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

La plateforme Hub Digital a déménagé, retrouvez la sur lehub.web.bpifrance.fr PAR ICI !
Hello. Add your message here.